Formule 1

400 mètres de lift-and-coast : la chaleur, le vrai ‘talon d’Achille’ de Mercedes

Un été difficile pour Mercedes ?

Recherche

Par A. Combralier

1er juillet 2019 - 08:42
400 mètres de lift-and-coast : la (...)

Une fois n’est pas coutume, Mercedes a été plutôt transparente un dimanche de Grand Prix. Hier, les Flèches d’Argent n’avaient pas le rythme de Ferrari ou Red Bull. Valtteri Bottas a fini tout de même sur le podium, tandis que Lewis Hamilton, seulement 5e, a perdu une dizaine de secondes aux stands en changeant d’aileron.

Toto Wolff n’a en réalité pas été surpris par les déboires de l’équipe allemande… Pour Mercedes, l’Autriche sera-t-elle l’exception qui confirme la règle ?

« Du point de vue des fans, ce fut une course vraiment excitante. Cependant, du point de vue de l’équipe, ce fut une journée difficile. Nous avions dit, avant la course, que les températures de piste seraient un immense défi pour nous, et cela s’est révélé vrai. »

« Nous savions que ce serait notre talon d’Achille, et nous traînons ce problème depuis le début de saison. Nous avons dû ouvrir de partout la carrosserie, ne pas faire tourner l’unité de puissance à fond et pratiquer du lift-and-coast (roue libre) pendant des moments assez longs. Nous avons essayé d’atténuer la perte de performance, mais au bout du compte, c’était vraiment douloureux de voir nos voitures en rythme de croisière, sans pouvoir défendre ou attaquer. »

Lewis Hamilton avait en effet assuré que les Mercedes devraient faire 300 mètres de lift-and-coast durant la course… L’été sera-t-il la bête noire des Mercedes ?

« Sur le plan positif, la voiture avait le rythme » veut retenir Toto Wolff.

« Nous avions abaissé le régime moteur, et pratiqué du lift-and-coast sur 400 mètres en vrai. C’est comme si vous n’aviez pas d’accélérateur en descente. Et nous avons tout de même pu signer des chronos convenables. Donc nous aurions pu nous battre pour la victoire, mais ces problèmes de refroidissement nous ont limités. »

La 5e place de Lewis Hamilton constitue le pire résultat de l’Anglais cette année. Il aurait sans doute pu se battre avec Sebastian Vettel, sans ce coûteux changement d’aileron avant.

« Nous avons perdu 11 à 12 secondes » a déploré Toto Wolff. « Mais ce qui a compromis notre course, c’est d’avoir eu nos voitures en rythme de croisière. »

« Nous n’avons pu vraiment faire la course avec notre voiture. Nous n’avons pu attaquer ou défendre, nous essayions juste de garder le refroidissement dans la bonne zone. Sur un plan positif, nous avons toujours marqué pas mal de points [25] et signé des chronos convenables en dépit de ces limitations. »

« Cependant, il est clair qu’il nous faut régler ces problèmes de refroidissement pour les courses européennes à venir – qui seront chaudes. Les mauvais jours sont ceux qui vous en apprennent le plus, donc nous reviendrons plus forts. Et nous chercherons à le faire dès la prochaine course, à Silverstone. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less