Formule 1

22 Grands Prix, cela démontre que la Formule 1 est ’en bonne santé’

Le sport continue à croitre

Recherche

Par Olivier Ferret

31 août 2019 - 08:51
22 Grands Prix, cela démontre que la (...)

La Formule 1 est "en bonne santé" après avoir annoncé, ce jeudi à Spa, un calendrier record de 22 courses pour la saison 2020.

Même si ce calendrier reste provisoire tant que la FIA ne l’a pas ratifié (début octobre), nul doute qu’il s’annonce comme définitif une fois le contrat manquant signé, celui avec Monza pour le Grand Prix d’Italie.

"La Formule 1 est en bonne santé en ce moment," estime Chloe Targett-Adams, directrice des promoteurs et des relations commerciales pour la Formule 1.

"Le fait d’être en mesure d’avoir 22 courses dans 22 pays différents montre que nous avons développé de manière impressionnante la base de fans, à la fois sur les circuits et devant la télévision. L’engagement est énorme et les gens veulent venir ou revenir voir de la Formule 1. C’est une excellente opportunité pour le sport que de proposer plus de courses."

"C’est aussi un défi, bien sûr. Cela entraînera plus de travail pour tout le monde en F1 et nous sommes tous conscients de la charge supplémentaire que cela impose au personnel des équipes, à notre propre personnel et à l’ensemble de nos parties prenantes d’un point de vue opérationnel et logistique. Mais nous travaillons tous ensemble pour développer notre sport et un nombre croissant de courses fait partie de cette vision. C’est un résultat incroyablement positif pour la Formule 1 que d’atteindre 22 courses."

Les deux nouveautés du calendrier, c’est l’arrivée du Vietnam en avril et le retour des Pays-Bas, en mai. Targett-Adams est confiante quant au fait que les deux pays et leurs circuits respectifs seront prêts à temps.

"Au Vietnam, ils construisent leur circuit à partir d’une feuille blanche et c’est le premier événement majeur du pays. Mais nous avons toute confiance en notre promoteur, en la ville de Hanoi et aux parties prenantes concernées pour leur permettre de livrer un excellent circuit début avril."

"Aux Pays-Bas, la Formule 1 revient à Zandvoort et bien que nous n’ayons pas couru là-bas depuis 35 ans, les infrastructures essentielles sont en place. Il ne fait aucun doute qu’elles vont devoir passer à la vitesse supérieure pour être prêtes pour la Formule 1, mais c’est quelque chose que les propriétaires du circuit et l’équipe de promoteurs actuelle ont bien examiné avant même de nous contacter. Un certain nombre de conversations préliminaires ont eu lieu avec la FIA et les concepteurs, et nous sommes dans les délais."

L’invité de dernière minute, cela a finalement été le Grand Prix d’Espagne. La FOM a accepté de sauver la course pour une année, grâce à un accord avec le gouvernement catalan, en attendant une négociation à venir sur le long terme.

"Nous avions toujours en tête de voir si nous pouvions inclure l’Espagne au cas où, mais nous savions aussi que cela signifierait 22 courses et que nous aurions besoin de convaincre les équipes et la FIA de soutenir cela. Ce n’était pas un processus simple," ajoute Targett-Adams.

"Pour ce qui est de compliquer le planning, oui c’est toujours un défi logistique. Il y a tellement de facteurs à prendre en compte, qu’il s’agisse d’autres événements sportifs majeurs dans un pays ou une région, des fêtes ou des événements religieux, des programmes de télévision, des transports ou de la complexité des déplacements."

"Le calendrier de la F1, c’est ce que je compare à la création d’un Rubik’s cube infini : chaque fois que vous mettez quelque chose en place et que vous pensez avoir tout résolu, une nouvelle ligne change. Ajouter une course au calendrier est toujours un défi, mais nous pensons que nous sommes arrivés à une bonne solution pour 2020."

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less