Formule 1

21 millions de pertes : la situation financière de Williams se fragilise

L’équipe de F1 ne compense pas les bons résultats de Williams Advanced Engineering

Recherche

Par A. Combralier

10 septembre 2019 - 14:26
21 millions de pertes : la situation

Jusqu’alors, les résultats financiers de Williams, écurie cotée en bourse, arrivaient à tenir le choc, en dépit de résultats sportifs en chute libre. Malheureusement, ce qu’il fallait bien craindre est finalement arrivé au premier semestre de cette année 2019 : les résultats globaux de Williams ont considérablement souffert des performances sur la piste.

Le groupe Williams Grand Prix Holdings, pour rappel, est séparé en deux entités : Williams Advanced Engineering (la partie ingénierie, comparable à Red Bull Technology, avec notamment une activité intense de sous-traitance) et Williams Grand Prix Engineering (l’équipe de F1 proprement dite).

Au premier semestre 2019, les revenus du groupe se sont réduits à 77,8 millions de livres (86 millions d’euros environ), soit 82,6 millions de moins que durant la même période en 2018.

Sans surprise, c’est la détérioration des résultats de l’écurie de F1 qui explique cette contre-performance : les résultats de Williams Grand Prix Engineering sont passés de 60,7 millions de livres à 46,3 millions, soit une baisse de 16,8 millions de livres. L’EBITDA est dès lors négatif à hauteur de 18,8 millions de livres (contre 2,7 en 2018).

C’est Williams Advanced Engineering qui, encore une fois, sauve Williams. Ses revenus ont progressé de 21,5 millions de livres à 30,9 millions, avec un EBITDA positif de 2,5 millions de livres (2,2 millions l’an dernier).

« Nos résultats financiers reflètent une année difficile pour nos opérations F1, mais ont aussi démontré une croissance continue de Williams Advanced Engineering » a résumé Mike O’Driscoll, PDG du Groupe Williams.

« Les résultats financiers de l’équipe de F1 reflètent, tout d’abord, notre position finale au classement des constructeurs de l’an dernier [10e, soit la dernière place], et par conséquent, la réduction des primes obtenues. Il y a eu aussi une réduction globale des revenus liés aux partenariats par rapport au premier semestre 2018, même si nous avons sécurisé de nouveaux partenariats majeurs avec ROKiT et Orlen. »

Williams a en effet dû essuyer le retrait de Martini, son précédent sponsor-titre, qui était semble-t-il plus généreux que ROKiT.

« Même si nous sommes confrontés à une nouvelle saison difficile en piste, nous avons vu des récents signes de progrès, et nous continuons à attirer des partenaires potentiels, puisque nous sommes l’une des plus vieilles équipes présentes en F1. Ce qui le prouve, c’est l’extension récente, de deux années, de notre accord avec notre partenaire-titre, ROKIT, qui sera en vigueur au moins jusqu’en 2023. »

Pour assurer le succès de Williams en cette période critique, Mike O’Driscoll compte beaucoup sur l’introduction des budgets plafonnés à partir de 2021, qui devraient permettre à l’équipe d’être plus compétitive à budget constant, voire moindre.

« Les négociations avec la FOM et Liberty Media concernant le futur du sport, à partir de 2021, ont été productives et nous pensons, quand elles seront finalisées, qu’elles représenteront une opportunité plus que nécessaire pour Williams. Avoir une grille aux budgets plus resserrés sera bénéfique pour nous, de même qu’avoir un nouveau règlement technique. »

Plus que jamais, c’est Williams Advanced Engineering qui sauve les apparences dans les résultats du groupe. Voilà pourquoi Williams doit privilégier le développement technique en interne de pièces – pour ne pas perdre le savoir-faire acquis à Grove.

« Williams Advanced Engineering continue de croitre et à attirer de nouveaux clients, après une performance qui était déjà solide l’an dernier. La croissance significative des revenus durant la première moitié de l’année 2019 a été générée par plusieurs projets variés, ce qui reflète la réputation excellente de notre programme. La modeste croissance de l’EBITDA est cependant une question, largement, de timing. »

« Même si nous continuons à faire face à des défis dans un environnement très dynamique, nous croyons toujours que la majorité de l’impact sur l’EBITDA a déjà été capturée par les résultats de ce premier semestre. Nous croyons donc que nous sommes bien placés pour faire face aux défis qui sont devant nous, grâce à nos installations de classe mondiale, et à notre organisation solide et talentueuse. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less