Formule 1

1h d’essais libres : Kubica appréhende déjà le format des qualifications sprint

S’il venait à remplacer encore Kimi Räikkönen

Recherche

Par Alexandre C.

7 septembre 2021 - 12:24
1h d’essais libres : Kubica appréhende

Kimi Räikkönen, positif au coronavirus, doit maintenant effectuer deux tests PCR négatifs s’il veut avoir l’opportunité de piloter pour son dernier Grand Prix d’Italie ce week-end. Sinon, Robert Kubica rempilera dans l’Alfa Romeo.

Et c’est une perspective qui à la fois inquiète et réjouit le Polonais : certes, il sera mieux préparé pour son deuxième Grand Prix… mais d’un côté, il appréhende aussi le format des qualifications sprint.

D’un côté donc, sur son rythme pur, Robert Kubica s’attend à progresser dans la limite du raisonnable à Monza.

« Je n’étais pas du tout prêt pour Zandvoort, donc je serais mieux préparé pour Monza. »

« Cependant, le format du week-end est différent à Monza, avec des qualifications le vendredi, et j’aurais aimé passer le plus de temps possible derrière le volant avant les qualifications. »

« Je sais à quoi sont liés mes problèmes, mais l’équipe et moi n’avons jamais travaillé à les résoudre. Je suis le pilote de réserve, et la priorité de l’équipe est les pilotes de course, je n’essaie pas non plus de les résoudre, parce que nous sommes une petite équipe et je crois que toutes les ressources devraient être dirigées vers les pilotes principaux afin d’optimiser leur vitesse. »

Mais c’est bien le format des qualifications sprint qui inquiète Robert Kubica : non pour la course qualificative en elle-même, mais en raison du temps de roulage réduit.

« Si je roule à Monza, je n’aurai qu’une heure d’essais libres [avant les qualifs du vendredi]. »

« Ce ne sera pas facile, mais à Zandvoort j’ai démontré que je peux travailler avec ma tête. Dans ma situation, il vaut mieux perdre quelques dixièmes que d’essayer de réaliser quelque chose d’impossible. »

« Il n’y a pas de miracles en Formule 1. Il est tout simplement impossible de se mettre au volant et de montrer sa vitesse tout de suite. »

Robert Kubica a-t-il au moins pris du plaisir lors du dernier Grand Prix ? Au niveau des sensations, il soulignait combien il était heureux d’avoir pour la première fois depuis 2010 une voiture qui lui permettait de se battre (en taclant donc Williams).

« En fait, je ne prenais pas vraiment du plaisir, même lorsque je me battais aux avant-postes en Formule 1. C’est un sport exigeant et stressant.

« Vous êtes évidemment satisfait de certains résultats et du travail que vous avez accompli, mais vous n’avez pas le temps de le faire pendant le week-end. »

Alfa Romeo Racing

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less