Formule 1

15 GP fixes, 5 GP en alternance : la proposition de Zak Brown pour le calendrier F1

Afin d’éviter un calendrier surchargé

Recherche

Par Alexandre C.

29 avril 2021 - 20:33
15 GP fixes, 5 GP en alternance : (...)

Hanoï, Arabie saoudite, Miami encore récemment : la FOM n’en finit plus d’explorer de nouveaux marchés et ainsi d’étendre encore et encore le calendrier F1. Liberty Media ne l’a jamais caché, le calendrier pourrait même compter 25 courses à l’horizon de 2025.

Conquérir de nouveaux marchés et plus précisément dans son pays natal : c’est ce qui plaît à l’Américain Zak Brown, PDG de McLaren Racing. D’autant plus que McLaren est aussi engagée en IndyCar avec l’équipe Arrow.

C’est pourquoi Zak Brown, dans une récente déclaration publique, a validé le choix de Miami et plus généralement la stratégie d’expansion de la FOM.

« Alors que la Formule 1 s’efforce d’accroître le nombre de ses fans, il est important de concentrer nos efforts sur les principaux marchés de croissance : les États-Unis et la Chine. C’est pourquoi je suis ravi de la récente nouvelle selon laquelle un deuxième Grand Prix en Amérique aura lieu l’année prochaine dans les rues de Miami. Étant originaire des États-Unis et ayant passé du temps avec notre équipe Arrow McLaren SP IndyCar, j’ai pu constater de visu la passion des fans américains pour le sport automobile. Il est donc impératif que nous prenions pied aux États-Unis - le plus grand marché du sport au monde. »

« S’il est vital que la Formule 1 conserve ses racines et ses traditions européennes, l’impact de la pandémie l’année dernière a prouvé qu’un bouleversement du calendrier avait un impact positif sur les fans. Nous devons étudier les possibilités d’étendre la portée de la F1 dans le monde, en particulier en Asie et en Amérique, mais limiter le nombre de manches auxquelles nous participons. »

A quel prix étendre ce calendrier ? Zak Brown le sait, 25 courses, ce n’est guère tenable à long terme pour des mécaniciens épuisés, sans parler des coûts supplémentaires induits.

C’est pourquoi il propose une solution alternative : oui, s’étendre à de nouveaux marchés ; mais instaurer une rotation des courses dans le calendrier, afin de préserver une jauge tenable de 20 Grands Prix.

« L’intensité d’un calendrier mondial de 25 courses, conçu pour ajouter d’autres circuits dans le monde, met à rude épreuve physiquement et mentalement le personnel se rendant sur place, sur le circuit. Une meilleure façon de courir sur 25 marchés serait d’avoir une saison de F1 de, disons, 20 courses, dont une quinzaine seraient des événements annuels fixes et les cinq autres seraient partagés entre différents sites, à tour de rôle chaque année. Il est important de varier les lieux de course et de donner à de nouveaux pays la possibilité d’accueillir un Grand Prix, tout en maintenant un certain niveau de rareté dans notre sport. »

« À titre de comparaison, les équipes de la NFL ne jouent que 17 matchs de saison régulière sur une période de quatre mois, mais ce sport compte certaines des franchises sportives les plus précieuses au monde. Le volume n’est donc pas automatiquement synonyme de succès. »

Zak Brown suggère aussi de réduire la durée des essais hivernaux, comme cette année, afin d’économiser encore quelques jours. Et il faudrait mieux utiliser ces essais hivernaux justement pour conquérir de nouveaux marchés sans rajouter une course au calendrier.

« Après la trêve hivernale, les fans, les médias et les pilotes sont impatients de reprendre la piste et de tester les nouvelles voitures pour la première fois. Je crois fermement que ces événements doivent être promus avec une forte présence et interaction des fans. Nous devrions sensibiliser de nouveaux marchés avec un circuit différent accueillant les essais chaque année. Sans l’intensité de la compétition d’un week-end de Grand Prix, les essais offrent une occasion en or de vendre notre sport à un niveau local et international. »

« En mars dernier, nous avons effectué une seule séance d’essais sur trois jours sur le circuit international de Bahreïn. Le temps de piste condensé en faisait un produit viable pour la télévision et, bien que la pandémie de Covid-19 ait empêché les spectateurs d’y assister, c’était le modèle parfait de la façon dont les essais devraient être organisés à l’avenir. Cependant, je pense que nous devrions aller plus loin. »

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less