100 km de roulage promotionnel avant l’Espagne : peu mais précieux pour Ferrari

Tout kilomètre en plus est précieux en 2022

Recherche

Par Alexandre C.

23 mai 2022 - 14:45
100 km de roulage promotionnel (...)

A l’image de Mercedes au Paul Ricard avec George Russell, Ferrari a aussi utilisé une journée de roulage promotionnel pour évaluer les nouveautés apportées à Barcelone, quelques jours avant le Grand Prix d’Espagne.

Malgré l’utilisation imposée de Pirelli de démonstration, dans une limite de 100 km, ce roulage à Monza fut cependant très utile à Ferrari pour jauger de l’impact des évolutions apportées à Barcelone.

C’est le directeur des opérations châssis, Claudio Albertini, qui l’a ainsi confirmé.

« Même si le kilométrage est limité, ce fut une journée utile, parce qu’en fait vous pouvez faire quelques, disons, manœuvres spécifiques qui sont difficiles à faire sur une piste de course avec les autres voitures. »

« Je dirais que c’était utile pour nous donner confiance en ce que nous faisions, parce qu’à la fin, avec ce court timing, vous ne pouvez pas changer les choses, parce qu’il n’y a pas assez de temps. »

« Mais c’est important parce qu’alors vous pouvez faire confiance à ce que vous faites, et vous pouvez avoir une meilleure direction une fois sur le circuit. Ces jours-ci, les occasions d’avoir une activité sur piste ne sont pas nombreuses, donc vous devez tout maximiser. »

Ferrari a procédé à un deuxième test de validation en EL1 à Barcelone ensuite : en faisant rouler deux voitures avec deux configurations différentes, l’ancienne et la nouvelle pour Carlos Sainz.

« Nous avons fait une comparaison voiture à voiture. Nous avons mis une voiture dans la nouvelle configuration complète, l’autre avec une configuration partielle, parce que nous étions déjà confiants après les essais que tout allait bien, et donc nous avons comparé les deux voitures en EL1, déjà disons à partir de la deuxième session nous pouvions nous aligner avec l’autre. »

« Évidemment, nous avons fait des comparaisons directes avec les anciennes pièces, c’est le travail normal, juste pour avoir une meilleure corrélation avec les données simulées que nous avons à la maison, et les données réelles que vous pouvez mesurer sur la voiture. »

« Cette vérification croisée nous a donné un résultat positif le vendredi. Et puis nous avons décidé d’aligner les voitures selon les dernières spécifications. »

« Nous avons tout gardé pour les qualifications. Donc, dans l’ensemble, c’était positif, et tout ce qui était nouveau est resté sur la voiture depuis le début. »

Le nouveau fond plat a notamment permis de réduire le marsouinage, qui affectait la Scuderia, poursuit Albertini.

« Nous savons que ces voitures sont beaucoup plus performantes lorsqu’elles sont plus basses en raison de l’efficacité du diffuseur, donc avoir ce rebond n’aide pas. »

Si Ferrari a pris tant de précautions pour évaluer ses évolutions, c’est notamment en raison de l’environnement des budgets plafonnés : car développer une évolution inutile et produire les mêmes pièces tout au long de la saison, serait très coûteux alors que les dépenses sont très encadrées.

« Si vous faites un développement et que ce développement ne donne pas le résultat escompté, c’est une perte de temps, et cet argent que vous dépensez, vous ne pouvez pas le récupérer. »

« C’est une double chose qui n’est pas bonne. Donc, bien sûr, c’est encourageant parce que cela nous dit d’avoir confiance pour avoir une meilleure façon de dépenser l’argent. »

« Dépenser l’argent de la manière la plus efficace possible est l’un des facteurs clés de la réussite des équipes de haut niveau, car c’est une limite très importante à l’heure actuelle. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos