Logo
Favoris Ajouter aux favoris | Conditions d'utilisation du site | Contact  

Info F1

F1 - Présentation du Grand Prix des États-Unis 2018

Hamilton va-t-il rester intouchable ?

F1


Miniboutik



La Formule 1 se rend sur le circuit d’Austin pour le Grand Prix des Etats-Unis, et les 67 points qui séparent Lewis Hamilton et Sebastian Vettel pourraient bien se transformer en plus de 75, qui offriraient le titre au Britannique. Pourquoi un tel scénario a-t-il des chances de se produire ?

Simplement parce que le pilote Mercedes est quasiment intouchable sur ce circuit. Depuis l’arrivée des V6 turbo hybrides, il n’y a jamais été battu, soit 4 victoires consécutives sur le Circuit of the Americas. Il y avait aussi gagné en 2012 pour la manche inaugurale, et n’a concédé que l’édition 2013 à Sebastian Vettel, alors que lui-même venait d’arriver chez Mercedes.

Forcément, il semble compliqué de l’imaginer perdre, même si les conditions météo attendues comme compliquées pourraient permettre des rebondissements. La physionomie du tracé pourrait légèrement arranger Ferrari, mais si la météo y est mauvaise, l’avantage basculera de nouveau du côté de Hamilton.

Du côté du tracé

Présent au calendrier depuis 2012, le Circuit des Amériques a immédiatement fait l’unanimité. Son savant mélange de changements de direction et de sections techniques en fait un véritable défi pour les voitures et les pilotes. Son premier virage, une épingle en montée, offre une vue impressionnante lorsque les vingt monoplaces s’affrontent au départ.

Virage 1 – La pole position et le Virage 1 sont séparés de 500 mètres, mais le dénivelé atteint pas moins de 40 mètres et l’on s’inscrit dans le virage une fois au sommet. La piste est très large pour offrir différentes trajectoires en vue d’y effectuer des dépassements.

Virage 3 – L’entrée des Esses. Après le Virage 3 à plein régime en septième vitesse, on bascule dans un droite-gauche-droite très rapide où des appuis élevés sont requis.

Virages 8/9 – Attention au vibreur à l’intérieur du Virage 9. Les voitures y arrivent depuis le Virage 8, négocié à 130 km/h. Il faut bien réussir sa sortie pour conserver ses prédécesseurs à portée de DRS.

Virage 11 – Ce virage lent sur le deuxième rapport débouche sur la plus longue ligne droite du circuit. Une bonne sortie est importante pour faciliter – ou empêcher – un dépassement.

Virage 12 – Situé au terme d’un kilomètre de ligne droite, le gros freinage du Virage 12 à 330 km/h représente la meilleure opportunité de dépassement du tracé.

Virages 13/16 – Une série de virages lents, théâtre de nombreux duels lors des dernières éditions.

Virages 17/18 – Les ailerons avant sont réglés pour éviter tout sous-virage dans ce double gauche. Ces virages devraient être avalés à plein régime avec les nouvelles F1.

Virage 19 – Une petite courbe moyennement rapide où il est facile de sortir large.

Virage 20 – Le dernier virage mène à la ligne droite des stands et la deuxième zone DRS.

Du côté du moteur

Bien qu’il la franchisse en qualifications, le temps passé à plein régime à Austin est légèrement en dessous de la barre des 60 %. La vitesse moyenne atteindra à peine plus de 200 km/h avec des pointes dépassant 320 km/h.

Avec autant de dénivelés sur un tour, les rotations du moteur et du turbo varient fréquemment, d’où des réglages constamment ajustés pour optimiser les performances.

Après le premier virage, le pilote remonte jusqu’au septième rapport pour négocier le T2, T3 et T4 à pleine charge à une moyenne de 270 km/h. Tout comme Maggots et Becketts à Silverstone ou les Esses de Suzuka, les concurrents devront privilégier la précision sur la pédale d’accélérateur pour maintenir leur rythme. La souplesse du groupe propulseur est primordiale afin de bénéficier d’un couple régulier et constant.

La faible humidité ambiante des prairies texanes affecte les groupes propulseurs. L’air contient plus d’oxygène et le moteur à combustion interne génère plus de puissance, mais l’aridité fera souffrir ses composants. Nous devrons surveiller les réglages de l’allumage.

À l’image d’Abu Dhabi, la plus longue ligne droite n’est pas celle des stands. À Austin, elle se trouve entre le T11 et le T12. Pendant près de douze secondes, la voiture sera à plein régime sur 1016 mètres. Les deux dernières secondes seront au rupteur. Le pilote sautera sur les freins pour négocier une épingle où la stabilité à l’arrière et au freinage est cruciale.

Pneus

Tendres / Super-tendres / Ultra-Tendres

Pronostics

Il est peu probable de voir Lewis Hamilton se faire battre sur son terrain de prédilection, mais l’on peut espérer que Sebastian Vettel se reprendra afin de retarder l’échéance de son rival d’une semaine. Pour la dernière place sur le podium, qui avait opposé Max Verstappen et Kimi Räikkönen l’an dernier, le Néerlandais aura surement à cœur d’y parvenir, d’autant qu’il se débrouille toujours bien sous la pluie.

Podium : 1. Hamilton / 2. Vettel / 3. Verstappen

Les vainqueurs du Grand Prix des Etats-Unis

AnnéeCircuitVainqueurÉquipe
1908 Savannah Louis Wagner Fiat
1910 Savannah David Bruce-Brown Benz
1911 Savannah David Bruce-Brown Fiat
1912 Milwaukee Caleb Bragg Fiat
1914 Santa Monica Eddie Pullen Mercer
1915 San Francisco Dario Resta Peugeot
1916 Santa Monica Howdy Wilcox / Johnny Aitken Peugeot
1958 Riverside Chuck Daigh Scarab-Chevrolet
1959 Sebring Bruce McLaren Cooper-Climax
1960 Riverside Stirling Moss Lotus-Climax
1961 Watkins Glen Innes Ireland Lotus-Climax
1962 Watkins Glen Jim Clark Lotus-Climax
1963 Watkins Glen Graham Hill BRM
1964 Watkins Glen Graham Hill BRM
1965 Watkins Glen Graham Hill BRM
1966 Watkins Glen Jim Clark Lotus-BRM
1967 Watkins Glen Jim Clark Lotus-Ford
1968 Watkins Glen Jackie Stewart Matra-Ford
1969 Watkins Glen Jochen Rindt Lotus-Ford
1970 Watkins Glen Emerson Fittipaldi Lotus-Ford
1971 Watkins Glen François Cevert Tyrrell-Ford
1972 Watkins Glen Jackie Stewart Tyrrell-Ford
1973 Watkins Glen Ronnie Peterson Lotus-Ford
1974 Watkins Glen Carlos Reutemann Brabham-Ford
1975 Watkins Glen Niki Lauda Ferrari
1989 Phoenix Alain Prost McLaren-Honda
1990 Phoenix Ayrton Senna McLaren-Honda
1991 Phoenix Ayrton Senna McLaren-Honda
2000 Indianapolis Michael Schumacher Ferrari
2001 Indianapolis Mika Häkkinen McLaren-Mercedes
2002 Indianapolis Rubens Barrichello Ferrari
2003 Indianapolis Michael Schumacher Ferrari
2004 Indianapolis Michael Schumacher Ferrari
2005 Indianapolis Michael Schumacher Ferrari
2006 Indianapolis Michael Schumacher Ferrari
2007 Indianapolis Lewis Hamilton McLaren-Mercedes
2012 Austin Lewis Hamilton McLaren-Mercedes
2013 Austin Sebastian Vettel Red Bull-Renault
2014 Austin Lewis Hamilton Mercedes
2015 Austin Lewis Hamilton Mercedes
2016 Austin Lewis Hamilton Mercedes
2017 Austin Lewis Hamilton Mercedes

16 octobre 2018 - 08h13, par Emmanuel Touzot 

Nouveau : postez vos commentaires sous l'article !



Bookmark and Share
Plus
Info précédente : Grosjean aimerait voir 2 Grands Prix de plus aux USA
Info suivante : Wolff a été impressionné par le niveau récent de ses troupes


F1
Photos - GP du Brésil 2018 - Course (548 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Avant-course (217 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Samedi (641 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Vendredi (787 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Jeudi (285 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Course (638 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Avant-course (198 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Samedi (622 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Vendredi (632 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Jeudi (527 photos)
F1

F1
Vidéo - The Circuit a fait escale à Suzuka
Vidéo - Focus sur Valtteri Bottas
Vidéo - Les femmes et la Formule 1
Vidéo - Ricciardo effectue un Road Trip aux Etats-Unis avec la RB7
Vidéo - Silverstone : le cœur de la Formule 1 en Grande Bretagne
Vidéo - Le circuit Paul Ricard dévoilé dans le jeu F1 2018
Vidéo - L’épisode ’The Circuit’ spécial Grand Prix de France
Vidéo - Toyota à la conquête des 24h du Mans pour 2018
Vidéo - The Circuit à la rencontre de Sebastian Vettel à Monaco
Vidéo - The Circuit à la rencontre de Lewis Hamilton au GP de Chine
F1

















F1
F1

F1
F1

WRC
WRC