Logo
Favoris Ajouter aux favoris | Conditions d'utilisation du site | Contact  

Info F1

F1 - L’ennemi numéro 1 de la F1 est le jeu vidéo pour Arrivabene

Un concurrent très direct

F1


Miniboutik



Ferrari n’ayant jamais été en faveur des budgets plafonnés, l’écurie italienne va faire tout ce qui est en son pouvoir pour s’opposer à la mise en œuvre d’une telle mesure pour 2021, ou tout du moins, pour en atténuer la portée.

Le scepticisme de Maurizio Arrivabene s’est encore manifesté récemment, lorsqu’il lui a été demandé de préciser, pour de bon, son avis sur la réduction des coûts – qui doit être permise par l’introduction de budgets plafonnés ou la standardisation des pièces.

« Du point de vue financier, bien sûr, réduire les coûts est toujours plus que bienvenu. La question est de savoir comment l’on réduit les coûts, pas si on va les réduire. Si réduire les coûts signifie un nivellement des performances, alors, ce n’est pas pour nous. La standardisation est une chose, le nivellement en est une autre, et ça ne fait partie de l’ADN des manufacturiers. Réduire les coûts ? Bien sûr, c’est normal, mais ce n’est pas nouveau. Nous y avons été toujours attachés. »

Maurizio Arrivabene dévie cependant le sujet en passant de la réduction des coûts à l’intérêt général pour la popularité pour la F1. En replaçant le problème budgétaire dans un contexte plus global de crise du sport, le manager italien veut aussi réduire l’importance des budgets plafonnés aux yeux des observateurs.

« Le problème dépasse la simple question liée aux budgets plafonnés, qui est comme je l’ai dit, très importante. La question est liée à l’ensemble de la F1. Ce que nous voulons faire, c’est augmenter l’intérêt porté au sport. Il faut analyser les erreurs du passé, examiner des solutions pour le futur, et c’est aussi très important. Il faut se demander où en est le niveau d’intérêt de la F1 aujourd’hui par rapport à hier. Et ce que nous devons faire pour l’augmenter. »

« Ce n’est pas une question de budget plafonné. C’est une des solutions, mais ce n’est pas la solution. Il faut donner un nouvel élan au sport. Il faut analyser en profondeur le public actuel de la F1 : si à un moment donné le public devient de plus en plus vieux, alors cela signifie que vous avez un problème parce que vous êtes moins focalisés sur la nécessité d’attirer un public plus jeune, les nouvelles générations. Et si vous avez un tel problème, alors il faut trouver une solution, qui ne peut être simplement liée aux budgets plafonnés. Encore une fois, je le souligne, c’est une question importante, mais ce n’est pas la seule solution pour la F1. »

« En termes de compétitivité entre les équipes… comparons la situation avec le football. Dans le foot, le sport est aussi constitué de grosses équipes comme le Real Madrid, et c’est une des raisons qui expliquent la fascination pour ce sport. Ces dernières années en F1, Ferrari, du temps de Jean Todt et de Michael Schumacher, ont gagné pendant des années. Ensuite, ce fut au tour de Red Bull. Et personne ne s’est plaint. Pendant ce temps, nous n’avons jamais concentré notre attention sur le public qui, peu à peu, vieillissait. Et il faut maintenant s’y attacher. »

Le plus grand ennemi de la F1 ne serait ainsi pas la fragilité budgétaire des petites écuries mais… Sony, Nintendo et Microsoft, selon Maurizio Arrivabene.

« Notre concurrent aujourd’hui, selon moi, c’est PlayStation et les consoles de jeu. Si vous prenez Gran Turismo… il faut que nous nous concentrions plus sur nos concurrents. Nous avons une large offre de divertissement, il faut tout regarder. Que faire pour battre PlayStation ? Il faut faire produire quelque chose de plus intéressant. Il faut donc diriger notre attention vers l’industrie du divertissement et aujourd’hui, ce qu’elle offre est beaucoup plus travaillé qu’il y a quelques années. Et ensuite il faut vous demander pourquoi certains autres sports, comme le football, réalisent toujours de gros chiffres d’audience, même si parfois ils peuvent rencontrer des moments de crise. »

« C’est un exercice énorme de transparence. Si vous voulez économiser de l’argent, c’est toujours parfait, tout le monde est heureux. Mais comme je l’ai dit, la standardisation ne signifie pas le nivellement pour nous. »


24 octobre 2018 - 17h00, par Alexandre Combralier 

Nouveau : postez vos commentaires sous l'article !



Bookmark and Share
Plus
Info précédente : Ross Brawn fait l’éloge de Max Verstappen après Austin
Info suivante : Pirelli sort son hyper-tendre pour la dernière fois de la saison à Mexico


F1
Photos - GP du Brésil 2018 - Course (548 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Avant-course (217 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Samedi (641 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Vendredi (787 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Jeudi (285 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Course (638 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Avant-course (198 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Samedi (622 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Vendredi (632 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Jeudi (527 photos)
F1

F1
Vidéo - The Circuit a fait escale à Suzuka
Vidéo - Focus sur Valtteri Bottas
Vidéo - Les femmes et la Formule 1
Vidéo - Ricciardo effectue un Road Trip aux Etats-Unis avec la RB7
Vidéo - Silverstone : le cœur de la Formule 1 en Grande Bretagne
Vidéo - Le circuit Paul Ricard dévoilé dans le jeu F1 2018
Vidéo - L’épisode ’The Circuit’ spécial Grand Prix de France
Vidéo - Toyota à la conquête des 24h du Mans pour 2018
Vidéo - The Circuit à la rencontre de Sebastian Vettel à Monaco
Vidéo - The Circuit à la rencontre de Lewis Hamilton au GP de Chine
F1

















F1
F1

F1
F1

WRC
WRC