Logo
Favoris Ajouter aux favoris | Conditions d'utilisation du site | Contact  

Info F1

F1 - Ayrton Senna, 20 ans - Les années McLaren : 1992 et 1993

La carrière du Brésilien, 5ème partie

F1


Miniboutik



1992 : La domination Williams-Renault

La saison 1992 est totalement dominée par l’écurie Williams-Renault et particulièrement par le britannique Nigel Mansell. Avec une McLaren MP4/7 dotée d’une électronique TAG très performante mais peu fiable, Senna lutte à armes inégales.

Alain Prost, renvoyé de chez Ferrari, a pris une année sabbatique. Si des comparaisons peuvent être faites entre grands pilotes, on touche là à la véritable faiblesse d’Ayrton Senna : la motivation. Sa seule motivation était de battre Prost. Sans le Français, il n’était plus le même pilote.

Dans de nombreuses interviews, Alain Prost a déclaré que durant l’année 1992, Senna ne cessait de l’appeler au téléphone pour qu’il revienne au plus vite. Il n’aimait pas se battre contre Mansell, pilote capable de prises de risque encore plus osées que Senna lui-même, ou contre Schumacher, un jeune talent que Senna n’appréciait guère.

Les relations entre les deux hommes étaient d’ailleurs mauvaises en 1992 puisque l’Allemand et le Brésilien s’accrochèrent à Magny-Cours puis Senna reprocha à Schumacher de l’avoir bloqué en qualifications à Hockenheim. Le Brésilien voulut en venir aux mains dans le stand Benetton.

Senna avait compris, tout comme Prost, qu’il fallait au plus vite obtenir un volant chez Williams-Renault pour avoir une chance de redevenir Champion du Monde. Ce fut le feuilleton de l’année 1992. Prost avait des contacts avancés pour 1993 mais Senna se déclara prêt à piloter gratuitement pour Williams. Cela tombait mal pour Nigel Mansell, qui pensait profiter de ses victoires pour revaloriser son contrat. Dans ce jeu de billard à trois bandes, Mansell sera le grand perdant. Écœuré, il s’exila aux États-Unis en IndyCar. Prost ayant réussi à signer, Senna tentait de convaincre le Français d’accepter de courir de nouveau ensemble. Mais Prost mit son véto. Senna l’a alors sévèrement critiqué dans la presse et menaçait de prendre lui aussi une année sabbatique. Il fera également un test pour le compte de l’écurie Penske d’IndyCar avec son ami Emerson Fittipaldi.

Senna ne semblait pas vouloir poursuivre avec l’écurie McLaren puisque le motoriste Honda s’était retiré de la F1 pour l’année 1993.

Côté piste, le Pauliste avait tout de même remporté trois Grands Prix dont, encore une fois, celui de Monaco. En effet Nigel Mansell avait été victime d’une crevaison lente dans les derniers tours. Senna et Mansell se livrèrent à un duel de légende dans les dix derniers tours du Grand Prix. Mais malgré une grosse prise de risque sous le tunnel à trois tours de l’arrivée, Mansell n’arriva pas à passer et Senna l’emporta de nouveau.

Lors des essais du Grand Prix de Belgique, Ayrton Senna vient au secours du pilote français Erik Comas, victime d’un terrible accident sous ses yeux dans le virage rapide de Blanchimont. Assommé par sa roue, le pilote français perd connaissance et reste le pied bloqué sur l’accélérateur. Senna l’entend et s’arrête au bord du circuit. Il traverse la piste en courant alors que les autres voitures déboulent à pleine vitesse. Il actionne le coupe-circuit de la Ligier du Français pour éviter tout risque d’incendie puis il maintient droite la tête de Comas en attendant l’arrivée des secours.

1993 : la démonstration de Donington

Pilotera ou pilotera pas ? Début 1993, les deux pilotes McLaren inscrits auprès de la FIA sont Michael Andretti et Mika Hakkinen. Mais finalement Senna revient du Brésil pour défier Prost et sa Williams. Après un roulage à Silverstone, il se rend compte que malgré son moteur Ford V8 client, le châssis McLaren MP4/8 est sain et l’électronique TAG fiable.

Au Grand Prix du Brésil, deuxième manche de la saison, Prost et sa Williams partent favoris pour l’emporter mais Senna réussit à s’imposer pour la seconde fois devant son public avec une voiture moins compétitive que par le passé tandis que son éternel rival a dû abandonner. Son tour de rentrée aux stands prend alors une tournure spectaculaire : alors qu’il s’est emparé d’un drapeau brésilien juste après son arrivée, la foule se rue sur la piste pour acclamer son héros. Senna, qui roulait alors au ralenti pour saluer le public, est contraint de s’arrêter devant cette masse qui encercle sa voiture. Devant l’impossibilité d’avancer à travers cette foule, il devra même laisser sa voiture en plein milieu de la piste et finir son tour d’honneur dans la voiture de sécurité qui peinera moins à le ramener. La fête se poursuivra ensuite sur le podium où il recevra son trophée des mains de Fangio.

Avec ce matériel, qui en 1993 n’était pas le plus compétitif du plateau, Senna va livrer quelques magnifiques démonstrations de pilotage. La plus célèbre d’entre elles ayant eu lieu sous la pluie de Donington Park, où Senna dépasse quatre voitures (dont celle de Prost) lors d’un premier tour d’anthologie. Mais tout comme Alain Prost, Senna n’aimait pas l’évolution électronique de la F1. Il considérait lui-même que sa performance de Donington était plus liée à l’excellente électronique TAG de sa McLaren qu’à son pied droit, qui lui avait fait la différence sous le déluge d’Estoril pour sa première victoire. La presse britannique le qualifie alors de « Magic » en raison de son aisance sous la pluie.

Contre toute attente, Senna se retrouve en tête du championnat après une nouvelle victoire à Monaco, la sixième au total en principauté, ce qui reste à ce jour le record. La Williams de Prost est victime d’un embrayage parfois capricieux. Mais à mi-saison, sur les circuits rapides nécessitant un bon moteur, le V10 Renault surclasse le V8 Ford et Senna ne peut pas rivaliser longtemps. Un nouvel ensemble aérodynamique et électronique arrive en fin de saison et la McLaren de Senna retrouve quelques couleurs pour les dernières confrontations avec Prost. Senna l’emporte à Suzuka où Mika Hakkinen, nouveau coéquipier du Brésilien, constate l’ambiance glaciale sur le podium entre les deux grands rivaux.

Senna attend en réalité la toute fin de sa confrontation avec Prost pour se détendre. Après avoir fait la pole, Senna remporte également le Grand Prix d’Australie à Adélaïde. Après une poignée de main chaleureuse dans le garage du parc fermé, Senna invite Prost à monter avec lui sur la plus haute marche du podium. La réconciliation est lancée et vire à la franche rigolade lors de la conférence de presse où Senna révèle que Ron Dennis vient de lui dire que, s’il le souhaite, il peut rester chez McLaren en 1994. Prost tape alors dans le dos de Senna en lui disant ; « Tu sais, il m’a dit la même chose fin 1989 ». Tout le monde éclate de rire.

Pendant l’inter-saison, ils se retrouvent à plusieurs reprises pour discuter de la nouvelle Williams en préparation et pour piloter ensemble lors d’une course de karting de charité à Paris-Bercy à l’initiative d’Ayrton Senna. Senna et Prost passent la soirée à bavarder sous les yeux du public, ce qui semble officialiser leur entente. Conscients tous deux que l’un sans l’autre, leur carrière n’aurait pas eu le même impact, ces deux pilotes avaient développé un énorme respect mutuel. Mais leurs égos les empêchaient de se rapprocher tant qu’ils étaient en compétition.


1er mai 2014 - 15h26, par Olivier Ferret 

Nouveau : postez vos commentaires sous l'article !



Bookmark and Share
Plus
Info précédente : Vettel regrette de n’avoir jamais connu Senna
Info suivante : Coulthard : je dois ma carrière à Senna


F1
Photos - Essais F1 à Abu Dhabi - 27-28/11 (569 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Course (497 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Avant-course (372 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Samedi (749 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Vendredi (721 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Jeudi (278 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Course (548 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Avant-course (217 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Samedi (641 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Vendredi (787 photos)
F1

F1
Vidéo - La dernière interview croisée entre Ricciardo et Verstappen
Vidéo - Au GP d’Abu Dhabi, l’heure est au bilan de la saison
Vidéo - Hamilton et Vettel échangent leurs casques
Vidéo - The Circuit a fait escale à Suzuka
Vidéo - Focus sur Valtteri Bottas
Vidéo - Les femmes et la Formule 1
Vidéo - Ricciardo effectue un Road Trip aux Etats-Unis avec la RB7
Vidéo - Silverstone : le cœur de la Formule 1 en Grande Bretagne
Vidéo - Le circuit Paul Ricard dévoilé dans le jeu F1 2018
Vidéo - L’épisode ’The Circuit’ spécial Grand Prix de France
F1

















F1
F1

WRC
WRC

F1
Photos - Essais F1 à Abu Dhabi - 27-28/11 (569 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Course (497 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Avant-course (372 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Samedi (749 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Vendredi (721 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Jeudi (278 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Course (548 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Avant-course (217 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Samedi (641 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Vendredi (787 photos)
F1