Logo
Favoris Ajouter aux favoris | Conditions d'utilisation du site | Contact  

Info F1

F1 - Arrivabene protège Vettel et Ferrari : ‘Le seul responsable, c’est moi’

Qu’ils viennent me chercher

F1


Miniboutik



La touchette de Sebastian Vettel à Singapour en essais libres, n’est pas une erreur majeure et ne compromettra pas le week-end de l’Allemand. Il s’agit cependant d’une erreur de plus commise par le pilote Ferrari cette saison.

A Hockenheim, Sebastian Vettel s’était sorti de la piste sous la pluie, ce qui lui avait coûté 25 points ; à Monza encore, lors du dernier Grand Prix, il fut trop imprudent à la deuxième chicane en défendant face à Lewis Hamilton ; à Bakou, à la relance de la course, il avait freiné de manière beaucoup trop agressive et là encore perdu quelques places.

Sebastian Vettel n’est pas le seul dans l’équipe à commettre des erreurs : la Scuderia a commis aussi plusieurs erreurs stratégiques, et refuse de donner des consignes d’écurie claires au contraire de Mercedes.

Maurizio Arrivabene admet-il que Ferrari est trop brouillonne cette saison ? N’aurait-il pas fallu donner des consignes à Kimi Räikkönen à Monza dans la perspective de la lutte pour le titre mondial ?

« Mon Dieu ! Encore cette question ! » réagit-il, un peu énervé, à Singapour.

« Je vais vous demander d’abord, à vous tous, les journalistes : qui est assez fou pour donner une consigne d’équipe à un pilote pour le départ d’une course ? Nous faisons notre travail en étant le plus professionnel possible. Nous avons visionné le ralenti du départ de Monza, et on avait dit à nos pilotes quelle était la meilleure trajectoire à prendre pour suivre l’autre pilote. Mais la seule consigne d’équipe que vous pouvez donner à un pilote au premier virage, c’est ‘OK, gardez nos deux voitures sur la piste, OK ?’. Tout le reste, c’est du non-sens. Je vais vous dire pourquoi. Kimi, à Monza, était en pole position. Nous sommes d’accord, pour une fois ? Bon. Et selon vous ? Est-ce que l’ordre va être ‘Kimi Räikkönen, s’il te plaît, ralentis au départ, et ne t’inquiète pas si Lewis Hamilton et tous les autres te dépassent’… ? Mais de quoi parlons-nous ? Voici ma réponse à votre question. »

« Et pensez-vous que les consignes d’écurie aient été inventées à Monza ? Je ne le pense pas. Cela fait 28 ans que je suis en F1 et j’ai toujours entendu parler de consignes d’équipe. Il y a bien des manières d’en donner pour une équipe : avant la course, pendant ou après. Ce n’est pas important. Le problème à Monza, c’est que vous n’avez pas le temps de donner une consigne d’équipe, à personne, parce qu’au troisième virage, il est arrivé ce qui est arrivé. Donc, c’est la réalité. N’attendez pas de moi que je donne des consignes lors du départ d’une course, pour le premier virage. C’est trop dangereux, c’est de la folie. »

Echauffé par cette question, Maurizio Arrivabene n’a cependant répondu qu’en abordant le sujet des consignes d’équipe. Un cas plus personnel, celui de Sebastian Vettel, est encore problématique au sein de la Scuderia : l’Italien va-t-il demander à son pilote d’être plus prudent pour commettre moins d’erreurs ?

« Vous dites que ce sont des erreurs, mais en F1, tout le monde en fait. Des petites, des grandes. Si nous sommes une équipe, nous gagnons et nous perdons ensemble donc je ne veux pas pointer du doigt Sebastian. Personne n’était heureux après Monza, mais pensez au reste de l’équipe. Si à Monza j’avais pointé du doigt Seb, pensez aux gars de l’aérodynamique, du moteur, à ceux chargés des arrêts aux stands. Ces gars, ils pourraient se dire ‘OK, il pointe du doigt Sebastian, et la prochaine fois, ce sera notre tour’. Ce n’est pas ce que je veux. »

« Le seul à avoir commis une erreur, c’est moi. Je suis le responsable de l’équipe. Quand le résultat n’est pas celui espéré, c’est ma responsabilité. Pas la responsabilité de Sebastian Vettel, de l’ingénieur, des mécaniciens. C’est ma responsabilité. Si vous voulez accuser quelqu’un, il est en face de vous. J’accepte que tout le monde me critique, surtout les gens qui ont gagné avant moi. Mais si c’est fait de bonne foi, car je n’accepte pas la mauvaise foi. Parce que ce n’est pas correct. Je suis une personne correcte et j’aimerais entendre des commentaires de bonne foi. Et alors, je suis prêt à tout accepter. »


15 septembre 2018 - 14h49, par Alexandre Combralier 

Nouveau : postez vos commentaires sous l'article !



Bookmark and Share
Plus
Info précédente : La Haas était clairement ’illégale’ à Monza selon Racing Point FI
Info suivante : Hamilton signe une 79e pole d’anthologie à Singapour


F1
Photos - GP du Brésil 2018 - Course (548 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Avant-course (217 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Samedi (641 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Vendredi (787 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Jeudi (285 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Course (638 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Avant-course (198 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Samedi (622 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Vendredi (632 photos)
Photos - GP du Mexique 2018 - Jeudi (527 photos)
F1

F1
Vidéo - The Circuit a fait escale à Suzuka
Vidéo - Focus sur Valtteri Bottas
Vidéo - Les femmes et la Formule 1
Vidéo - Ricciardo effectue un Road Trip aux Etats-Unis avec la RB7
Vidéo - Silverstone : le cœur de la Formule 1 en Grande Bretagne
Vidéo - Le circuit Paul Ricard dévoilé dans le jeu F1 2018
Vidéo - L’épisode ’The Circuit’ spécial Grand Prix de France
Vidéo - Toyota à la conquête des 24h du Mans pour 2018
Vidéo - The Circuit à la rencontre de Sebastian Vettel à Monaco
Vidéo - The Circuit à la rencontre de Lewis Hamilton au GP de Chine
F1

















F1
F1

F1
F1

WRC
WRC